Association de soutien à Laurent Ségalat

Archive for mars 2012

Un nouveau rapport innocente Laurent

Posted by assoclseg sur mars 10, 2012

La défense avait demandé, à l’automne, à un spécialiste suisse allemand en gastro-entérologie de se prononcer sur ce qu’avançait Mme Lecomte concernant le contenu gastrique de Catherine. Or, le Pr Fried, très reconnu dans sa spécialité, va dans le même sens et explique qu’avec 390 gr  dans l’estomac pour un repas pris entre 13H15 et 14H :

« il est extrêmement invraisemblable que l’arrêt de la vidange gastrique causé par le décès ou un net ralentissement causé par la survenance d’une blessure grave à la tête, se soient produits après 18H. »

Or, à 18H Laurent était soit à la librairie, soit sur la route pour se rendre à l’hôpital. Ceci est une certitude. Le Pr Fried est prudent et reste dans le champ de ses compétences – la gastro-entérologie -. Il ajoute donc que pour préciser l’heure de la mort, il faut « prendre en considération d’autres paramètres » comme la température centrale du corps, des signes clairs de décès. Mais pour lui, une chose est claire : il s’est passé quelque chose avant 18H qui a bloqué ou ralenti fortement la digestion.

Plusieurs personnes, dont ce n’est pas la spécialité, avançaient depuis un an que les considérations sur la digestion étaient peu fiables. L’avis de ce spécialiste du domaine digestif semble éclaircir le débat.

Cependant, le fait  de  ne pas vouloir s’interroger sur ces 390 gr présents dans l’estomac montre une volonté de rester dans le flou et permet ainsi de construire un scénario à la convenance de ceux qui l’accusent. Ce scénario qui présente Laurent comme quelqu’un qui aurait « achevé » Catherine à coups de marteau alors qu’il n’y a ni marteau ni fractures sous les plaies concernées (plaies carrées sur la gauche de la tête) repose sur des éléments impalpables : ceci est pratique pour déduire ce que l’on veut. On assiste, depuis le début, à une diabolisation de Laurent qui aurait tué Catherine pour quelque raison d’argent alors que  les éléments recueillis s’opposent à ce scénario (bons rapports entre eux, caractère calme des deux protagonistes, comptes et papiers financiers irréprochables, testaments en conformité avec la reprise de la librairie, témoignages de Roger défendant son fils, pas d’arme, pas de fractures à gauche de la tête, tentative de réanimation prouvée…). La volonté de ne pas aller dans la précision permet d’envelopper l’affaire d’un mystère bien pratique.

Il est important d’ajouter que le responsable du CURML s’était rapproché de la thèse de l’accident en juillet 2011. « l’intervention d’un tiers » brandie constamment pour accuser Laurent pouvait aussi se comprendre comme l’intervention pour  déplacer et  réanimer Catherine, ce qui bien évidemment a laissé des traces sur le corps des deux protagonistes.

Il semble hélas que se joue, dans cette affaire, autre chose que la recherche de la vérité.

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Un nouveau rapport innocente Laurent